Film : I am mother

Film Australie
Première diffusion : 25 janvier 2019 (Festival de Sundance USA)
Réalisateur : Grant Sputore 
Scénariste :
Michael Lloyd Green
Acteurs :
Clara Rugaard  : Fille
Hilary Swank : Femme
Année de sortie : 2019
Durée : 1h53
Genre : Dystopie, Science-fiction
Ma note :  ★★★★★

Depuis sa naissance, une adolescente est élevée par un robot « Mère » jusqu’à ce qu’une inconnue venant de l’extérieur pénètre dans le bunker automatique et détruise les plans futurs de *La Mère* pour *Fille*

Un excellent film de science-fiction qui met en scène une IA bien plus intelligente qu’on ne se l’imagine, le tout dans un huis-clos au sein d’une station qu’on pense souterraine.

Moi qui adore, la science-fiction, les mondes en ruine et les intelligences artificielles, j’étais aux anges. On découvre donc un droïde qui s’occupe d’un nouveau né, puis d’une adolescente, puis l’humanité n’est plus (rien que ça, ça m’a vendu du rêve). On suit donc l’évolution de cet être humain qui pense et agit avec ses émotions contrairement à l’IA.

Je trouve que le film fera partie des excellents films à la manière de Gravity, qui met en scène que très peu de personnage, ou le suspens est vraiment intense et le scénario ultra bien travaillé qui traite son sujet à la perfection.

A travers ce film, on nous pose des colles sur l’éthique, est-ce bon ou mauvais, est-il judicieux d’aller dans cette direction et sinon dans quelles directions aller … Il faut savoir être neutres sans trop apriori pour savoir I am mother, qui sort clairement du cadre hollywoodien habituel où l’on sait qui est le bon et la brute et le truand, et s’il n’y en avait pas ?

Je vous laisse donc avec la BO que je ne vous conseille pas de regarder pour avoir la surprise lors du visionnaire du film 😉

Film : Les Traducteurs

Film Français
Première diffusion : 23 novembre 2019 (République Tchèque)
Réalisateur : Régis Roinsard
Scénariste :
Romain Compingt, Daniel Presley, Régis Roinsard
Acteurs :
Lambert Wilson : Éric Angstrom, l’éditeur
Alex Lawther : Alex Goodman, le traducteur anglais
Olga Kurylenko : Katerina Anisinova, la traductrice russe
Riccardo Scamarcio : Dario Farelli, le traducteur italien
Sidse Babett Knudsen : Helene Tuxen, la traductrice danoise
Eduardo Noriega : Javier Casal, le traducteur espagnol
Anna Maria Sturm : Ingrid Korbel, la traductrice allemande
Frédéric Chau : Chen Yao, le traducteur chinois
Maria Leite : Telma Alves, la traductrice portugaise
Année de sortie : 2020
Durée : 1h45
Genre : Thriller
Ma note :  ★★★★★

Le dernier tome de la série littéraire à succès Dedalus, du mystérieux auteur Oscar Brach, est sur le point de sortir. Neuf traducteurssont avant cela rassemblés pour travailler dans le secret absolu sur la traduction du texte en français dans leur langue respective (anglais, allemand, russe, portugais, danois, mandarin, espagnol, grec et italien). D’horizons différents, ils vont devoir vivre reclus dans un luxueux bunker situé sous un manoir en France, pour éviter toute fuite. Le très strict éditeur Éric Angstrom leur interdit tout contact avec l’extérieur. La sortie de ce roman est pour lui un enjeu financier colossal. Cependant, bien que les traducteurs soient confinés depuis trois semaines, les dix premières pages du roman vont être dévoilées sur Internet. Alors que tout le monde se demande d’où vient la fuite, le hackerexige une énorme rançon pour ne pas dévoiler le reste du roman.

Enfin un excellent film, oui j’avais du mal à découvrir de très bons films depuis quelques mois. Vous savez ces films qui vous scotchent tellement ils sont passionnant et bien j’ai eu mon compte avec Les traducteurs !

Il y a un suspens de dingue qui ne fait que s’accentuer grâce au jeu d’acteur de Lambert Wilson, on sent son personnage perde pied et se noyer peu à peu dans ce mystère suffocant qui bénéficie d’un scénario très original.

J’ai appris que Régis Roinsard avait eu l’idée du scénario grâce à la traduction d’Inferno de Dan Brown, qui s’est déroulé un peu dans des conditions similaires (Vols et morts en moins bien entendu).

Je suis tombé sur plusieurs articles autour de la traduction du livre de Dan Brown, Inferno. Douze traducteurs internationaux avaient été enfermés dans un bunker en Italie pour traduire son dernier roman. Ce qui m’a interpellé et fasciné, c’est qu’un produit culturel nécessite qu’on le protège comme s’il s’agissait de pierres précieuses. À partir de là m’est venu le célèbre « Et si… », propre à la genèse de toute fiction: « Et si le livre était volé, piraté malgré toutes les précautions prises ? Et si on demandait une rançon pour ne pas le publier sur le Net ? » J’avais mon sujet ! »
Crédit – Allociné

J’aime beaucoup le fait qu’il y ait des acteurs internationaux, c’est toujours très intéressant ce mélange de culture dans un film et le fait que ça soit un film français en plus j’ai trouvé absolument génial. J’ai aussi adoré le fait que ça soit un huit clos, l’ambiance est vraiment hyper particulière ❤

Je vous laisse avec la bande annonce du film 😉

 

Film : Underwater

Film Américain
Première diffusion : 8 janvier 2020
Réalisateur : William Eubank
Scénariste :
Adam Cozad, Brian Duffield
Acteurs :
Kristen Stewart : Norah Price
Vincent Cassel : le capitaine W. Lucien
T. J. Miller : Paul Abel
Jessica Henwick : Emily Haversham
Mamoudou Athie : Rodrigo Nagenda
John Gallagher Jr. : Liam Smith
Gunner Wright : Lee Miller
Année de sortie : 2020
Durée : 1h35
Genre : Catastrophe Horrifique
Ma note :  ★★★★

Dans la fosse des Mariannes, endroit le plus profond de la croûte terrestre, la société Tian Industries emploie de nombreuses personnes dans des stations sous-marines. Après ce qui semble être un séisme, la station Kepler 822 est quasiment désintégrée. Norah Price, qui a donné l’alerte, est parvenue à se réfugier dans une zone protégée. Seules quelques personnes ont survécu : l’expérimenté capitaine W. Lucien, le déjanté Paul Abel, l’étudiante en biologie marine Emily Haversham, son petit-ami ingénieur forage Liam Smith ainsi que le responsable système Rodrigo Nagenda. Piégés à plus de 10 000 mètres de profondeur, ils vont devoir survivre et tout tenter pour remonter à la surface. En plus de l’eau, ils vont affronter de mystérieuses créatures.

J’y suis allée sous les conseils de Fabien du blog Escape To Culture qui a adoré le film, après avoir regardé la bande annonce j’ai décidé de laisser sa chance au film et surtout à Kristen Stewart avec qui j’ai un peu de mal …

Il s’avère donc que c’est un très bon film qui permet de passer un très moment et les acteurs sont d’une justesse absolument incroyable !!!

Le gros point positif, c’est bien la scène du début, qui met en lumière, le calme olympien de la station sous marine Kepler 822, et pendant tout le reste du film ce calme vous pouvez l’oublier. De plus, Kristen dans cette scène qui ouvre le film, est vraiment convaincante, c’est sur son interprétation que repose l’attention de l’audience pour le reste du film :p

Bon sinon concernant le négatif … Il y en a quand même pas mal !

On commence avec cette histoire à dormir debout des monstres marins qui attaquent les stations marines, on découvre donc l’existence de ces bébêtes pas très amicales, bon après tout, why not !

Le truc un peu relou, comme souvent, c’est la fin. C’est typiquement de la fin à la sauce hollywoodienne et la fin est clairement une explication pour que « les moins malins » puissent aussi saisir pourquoi et comment Kristen fait ce qu’elle fait…  (C’est dommage, car avec cette scène j’ai eu l’impression qu’on devait me faire une explication imagée, pour que moi pauvre spectatrice je saisisse bien) Et parce que c’est super Kristen, elle sait donc tout faire, en moins de temps qu’il n’en faut dans la réalité. Bref c’était une fin un peu trop « facile » pour moi.

Mais je chipote un peu car sinon le film serait quasiment parfait ! Big up à petit Paul (Ceux qui l’ont vu vous savez 😉 )

Et enfin voici la bande annonce du film si vous le souhaitez :

Film : Cruise

Film Américain
Première diffusion : 28 septembre 2018
Réalisateur : Robert D. Siegel
Scénariste :
Robert D. Siegel
Acteurs :
Spencer Boldman : Gio Fortunato
Emily Ratajkowski : Jessica Weinberg / Francesca Russo
Lucas Salvagno : Chris Carbone
Noah Robbins : Anthony Panagopoulos
Année de sortie : 2018
Durée : 1h30
Genre : Comédie romantique
Ma note :  ★★★★★

Durant l’été 1987, Gio Fortunato est un ouvrier italo-américain originaire duQueens, passionné de voitures de courses et coureur de jupons, fait la rencontre de Jessica Weinberg, une jeune femme juive originaire deLong Island.

Un film rafraîchissant, qui n’est pas sans rappeler Grease ou Saturday Night Fever, le côté comédie musicale en moins ! Et c’était ça que j’aimais le moins dans les films de l’époque, je n’aime pas trop les films musicaux, ça me saoule vite (oops pas de tomates svp).

C’est pas un film révolutionnaire dans le sens ou le sujet traité est vu et revu, toutes les scènes sont plus ou moins du déjà vu et pourtant … ça marche ! C’est un film très mignon mais pas niais pour autant, c’est pétillant et pas bling bling. Les dialogues sont travaillés de façon à rester dans le naturel et pas dans le « Show off » avec des super punch lines pour rendre une bande annonce attrayante.

C’est un film simple mais extraordinaire à la fois car il nous fait ressentir ce qu’on ressentait adolescent en allant voir le dernier teenage movie !

Si le visage de l’héroïne principale vous rappelle quelque chose, c’est certainement car vous avez vu son visage dans les magazines, car Emily Ratajkowski est la mannequin ou la It girl du moment. Spencer Boldman alias Gio était pour moi un total inconnu mais pour autant j’étais ravie de découvrir un nouveau casting que je ne connaissais pas et c’est peut-être de là aussi d’où vient mon sentiment d’avoir vu un film rafraîchissant.

De plus, comme l’histoire se passe en 1987, donc exit les portables, les sms, les ordinateurs, bonjour les couleurs flashy et les blousons de cuir noir, avec une bande originale vraiment sympa qui change un peu des musiques du moment (actuellement je la cherche activement sur internet).

Bref je suis RAVIE d’avoir vu ce film et j’espère que vous tenterez l’aventure aussi !

Voici la Bande Annonce (en VO uniquement)

(Film) Rivales

Film Américain
Première diffusion : 21 avril 2017
Réalisateur : Denise Di Novi
Scénariste : Christina Hodson
Acteurs :
Katherine Heigl : Tessa Connover
Rosario Dawson : Julia Banks
Geoff Stults : David Connover
Isabella Rice : Lily Connover
Cheryl Ladd : Helen Manning
Année de sortie : 2017
Durée : 1h40
Genre : Thriller psychologique
Ma note : ★★★★

Tessa Connover se remet à peine de son divorce que son désormais ex mari lui présente la nouvelle femme de sa vie, la belle Julia Banks…

J’adore les films dans lesquels joue Katherine Heigl, j’aime beaucoup cette actrice, et habituellement elle joue plus dans des comédie ou des films léger et la voir dans un thriller, wow quel revirement !

Surtout qu’elle est peut-être meilleure actrice en freak-control et un peu psycho qu’elle ne l’est en gentille fille un peu fofolle, c’est fou ! Pour moi elle fait partie de ces actrices qui sont sous-estimées, ou peut-être qu’elle ne l’est pas mais qu’elle se comporte tellement comme une diva sur les sets, que les réalisateurs ne sont pas intéressés pour la faire jouer (Elle a cette réputation lol).

Concernant Rosario Dawson, j’avoue que je ne connais que très peu sa filmographie, et j’ai été bluffé par son personnage, qui m’a un peu fait penser aux personnages de Pretty Little Liars, elle a l’impression qu’elle devient folle alors que pas du tout et s’accroche en ce quoi elle croit.

J’ai trouvé que c’était un film très intelligent qui nous montre que parfois, la personne qu’on prends pour la méchante a juste un passé lourd, avec des gros bagages à cause de sa famille. Et que parfois il faut savoir gratter la surface pour voir ce qu’il y a dessous.

Le message étant aussi de se battre pour faire ce qu’on aime et suivre son coeur plutôt que sa raison et que l’on peut être heureux sans pour autant être parfait …

Bref c’est un excellent film que je peux vous conseiller de regarder pour vous faire légèrement peur, car il y a néanmoins pas mal de suspens et il y a une ambiance un peu malsaine. Go Watch It !

Si vous n’avez pas été convaincu par cette article regardez la bande annonce en VOSTfr pour vous convaincre !

Film : Yesterday

Film Britannique
Première diffusion : 3 juillet2019
Réalisateur : Danny Boyle
Scénariste :
Richard Curtis
Acteurs :
Himesh Patel : Jack Malik
Lily James : Ellie Appleton
Kate McKinnon : Debra Hammer
Ed Sheeran : lui-même
Année de sortie : 2019
Durée : 1h50
Genre : Comédie
Ma note :  ★★★★★

Jack Malik travaille dans un supermarché du Suffolk. Il a aujourd’hui perdu tout espoir de faire un jour carrière dans la musique, malgré l’insistance de sa meilleure amie et « manager », Ellie, qui le pousse à continuer. Après une panne de courant générale et un choc violent avec un bus, il sort du coma avec deux dents en moins. Plus tard, tandis qu’il interprète à la guitare la chanson Yesterday des Beatles, il se rend compte qu’il est le seul à connaître l’existence du célèbre groupe. Jack décide alors de courir sa chance et lance sa carrière musicale en jouant les chansons des Beatles. Il connaît très vite un énorme succès mondial.

Non seulement j’aime beaucoup le groupe mais en plus j’ai vu le film pendant la fête du cinéma, du coup j’étais vraiment contente d’avoir vu un super film à moindre coût !!

J’y suis allée sans voir la bande annonce (oui j’aime pas en savoir trop quand je vais voir un film) et je ne m’attendais tellement pas à voir Ed Sheeran, mon dieu j’ai eu un choc en le voyant à l’écran, c’était vraiment cool ! J’aurais bien évidemment adoré voir Paul Mc Cartney mais Ed est un très bon deal aussi !

Le film m’a énormément rappelé notre film français Jean-Philippe où pour le coup c’est le chanteur en question qui a une vie différente  de son destin de super star et qu’un fan va transformer en star du Rock. L’histoire n’est pas tout a fait la même mais on en est pas très loin et qu’est-ce que j’aime ce genre d’histoire un peu what the fuck !

Ce qui m’a un peu titillé c’est que le personnage d’Himesh Patel ne sait pas sourire apparement … En effet je ne l’ai pas vu une fois faire un sourire (après recherche sur google si il y a des scènes où il esquisse un sourire mais ça n’a pas dû me marquer), le personnage est toujours très sérieux, et très concentré, ou alors tourmenté, bref c’est très étrange dans un film ou on sent que le personnage est censé être heureux, on a l’impression qu’il a le poids du monde sur ces épaules.

Bref c’est quand même un super film !

 

 

Film : The upside

Film Américain
Première diffusion : 2017 (Toronto)
Réalisateur : Neil Burger
Scénariste :
Jon Hartmere d’après le film Intouchable
Acteurs :
Bryan Cranston : Phillip Lacasse
Kevin Hart : Dell Scott
Nicole Kidman : Yvonne Pendleton
Julianna Margulies : Lily
Année de sortie : 2019
Durée : 1h50
Genre : Comédie dramatique
Ma note :  ★★★★★

Un milliardaire handicapé, Phillip Lacasse, pense que la vie ne mérite plus d’être vécue jusqu’au jour où son quotidien est dynamisé par l’arrivée de l’excentrique Dell Scott, un ancien détenu en liberté conditionnelle qu’il engage pour l’aider dans ses tâches quotidiennes. Opposés sur le plan social, les deux hommes deviennent rapidement des amis et Phillip reprend goût à la vie grâce à son nouvel ami.

Alors oui je sais ce que certain vont dire « Moi je regarde pas car j’ai peur d’être déçu » ou alors « Moi je regarde pas je préfère la version française ».

Et bien si vous avez aimé Intouchable, vous aimerez The Upside, car c’est fidèle au film d’origine, pour une fois les amerlocks ont fait les choses bien et n’ont pas fait n’importe quoi comme ils ont l’habitude de le faire avec de super scénario.

J’ai vu Intouchable il y a longtemps donc je ne me souviens pas de toutes les petites choses du film original, mais il me semble bien que la seule différence vient dans le fait que Dell a un fils et une ex-copine dont il doit aider aux revenus, alors que dans Intouchable Driss, n’avait pas de famille propre mais un petit frère.

Bref, c’est une bonne adaptation et je félicite Neil Burger le réalisateur et Jon Hartmere le scénariste ainsi qu’aux acteurs pour n’avoir pas bousillé un film magnifique !

Et je suis très contente d’avoir ce film !

Et pour vous convaincre voici la Bande Annonce :

Le film du mois : The perfect date

Film Américain
Première diffusion : 2019
Réalisateur : Chris Nelson
Scénariste :
Steve Bloom, Randall Green
Acteurs :
Laura Marano : Celia Lieberman
Noah Centineo : Brooks Rattigan
Camila Mendes : Shelby Pace
Année de sortie : 2019
Durée : 1h30
Genre : Comédie romantique
Ma note :  ★★★★

Pas de petit ami ? Aucun souci. Pour payer ses études, un lycéen crée une application où il propose ses services en tant que copain à louer.

C’est un film plutôt sympa mais qui n’est pas révolutionnaire. Et ça m’a beaucoup rappelé ces films de mon adolescence, qui n’avait pas 30 000 messages concernant l’homosexualité (LGBTQ+) , le racisme, ou que sais-je que l’on a de plus en plus dans les films d’aujourd’hui. C’était un film simple cette avec des messages mais qui ne sont distillés dans le film avec naturel.

Tout est un peu trop facile pour notre héros Brooks, il ne galère pas des masses dans sa lutte pour atteindre son but, mais l’acteur Noah Centineo, nous fait oublier cette petite lacune du scénario en jouant avec brio un garçon rêveur qui veut amasser le plus d’argent possible pour entrer à l’université, tout en donnant confiance aux filles en leur pouvoir de séduction, et plus généralement confiance en elles-même.

L’actrice Camila Mendes (Riverdale) joue avec justesse le rôle de la peste du film, qui finalement n’est peut être pas si méchante bien que très riche.

Nous voici donc avec 1h30 de comédie romantique un peu guimauve pour adolescents, parfaite à regarder pour se détendre où nos personnages n’ont pas d’ambitions maléfiques, plus grave que de rigoler gentiment du voisin.

Je ne peux que vous conseiller de. garder ce film au chaud pour les jours pluvieux, ou lorsque ça ne va, il saura remplir le rôle de film doudou !

 

Le film du mois : La Porte des secrets

Film Américain
Première diffusion : 2005
Réalisateur : Iain Softley
Scénariste :
Ehren Kruger
Acteurs :
Kate Hudson : Caroline Ellis
Gena Rowlands : Violet Devereaux
John Hurt : Ben Devereaux
Peter Sarsgaard : Luke
Année de sortie : 2005
Durée : 1h24
Genre : Thriller, Fantastique
Ma note :  ★★★★★

L’action du film se situe en Louisiane, dans les bayous. Une jeune femme diplômée infirmière, Caroline Ellis, cherche un emploi à temps plein. Elle répond à une petite annonce pour un poste d’infirmière à plein temps auprès d’un vieil homme grabataire. Caroline va faire la connaissance de Violet Devereaux, la femme de Ben Devereaux, paralysé et devenu muet à la suite d’un accident survenu dans le grenier de la maison. Violet remet à Caroline une clé (the Skeleton Key) qui ouvre toutes les portes de la maison. En fouinant dans le grenier, Caroline découvre un lieu secret ayant servi pour des séances de sorcellerie hoodoo (et non voodoo), occupé autrefois par un couple d’esclaves : le prédicateur Papa Justify et sa femme Mama Cecile…

C’est un film qui prends le temps de dérouler son histoire, comme malheureusement on en fait plus aujourd’hui et les quelques intrigues sont révélées dès la première demi-heure. Dans la porte des secrets, l’intrigue vous emmène par la main petit à petit dans les marécages de la Nouvelle Orléans, à travers le personnage de Caroline qui est aide soignante.

Comme vous le savez La nouvelle Orléans est connue pour sa relation très mystique avec la magie, le vaudou des Français venant des îles… Caroline n’y croit pas et pourtant …

Kate Hudson joue le rôle de la jeune soignante un peu plus terre à terre que la population locale, avec brio. Tout comme Gena Rowlands joue son rôle de petite femme un peu bourru et mystérieuse à la perfection mais celui qui vous bluffe c’est bien Le mari de celle-ci (John Hurt  plus connu dans son rôle Ollivander dans HP).

Si vous avez aimé le 6eme sens, il est fort probable que vous aimerez La porte des secrets qui est construit un peu de la même façon, un développement tout en douceur, ponctué de gros indices, vous aurez en plus dans ce film une ambiance « witchy » et étouffante, avec quand même des scènes d’actions.

Je vous poste également la bande annonce en VF (qui a vraiment pris un coup de vieux je trouve lol) juste ici, et n’hésitez pas à vous laisser tenter 😉

Et si vous souhaitez vous l’acheter vous pouvez cliquer ICI

Le film du mois : Captain Marvel

Film Américain
Première diffusion : 16 février 2016
Réalisateur : Anna Boden, Ryan Fleck
Scénariste :
Meg LeFauve, Nicole Perlman, Geneva Robertson-Dworet
Acteurs :
Brie Larson : Carol Danvers / Captain Marvel / Vers
Samuel L. Jackson : Nicolas Joseph Fury
Ben Mendelsohn : Talos, général Skrull / Keller
Lashana Lynch : Maria Rambeau
Annette Bening  : Dr Wendy Lawson / Mar-Vell
Jude Law : commandant Yon-Rogg 
Année de sortie : 2019
Durée : 2h15min
Genre : Super Héros, Action, Science-Fiction
Ma note :  ★★★★★

Le film retrace l’histoire de Carol Danvers qui, dans les années 1990, devient l’une des héroïnes les plus puissantes qui aient jamais existé, lorsque la Terre est atteinte par un conflit galactique entre deux races extraterrestres, les Kree et les Skrulls.

Comme c’était le printemps du cinéma, j’en ai profité pour aller au cinéma … (moi qui n’y vais pas si souvent que ça …) J’ai donc été voir Captain Marvel en Vostfr et que vous dire … Après mon immense déception avec Aquaman, j’ai été époustouflé par Captain Marvel voila un résumé de mon avis !!

Qu’il est agréable d’avoir pour une fois des dialogue fins et amusants et surtout qui change des grosses blagues lourdes de la licence… Des dialogues qui invite le spectateur à réfléchir aux propos tenus, également et pleins milieu d’une scène la révélation « ahhh mais ouiiiii d’accord !!! »

Et enfin qu’il est agréable également de ne pas avoir une super héroïne hypersexualisé, un vrai bonheur de pouvoir regarder un film sans connotation lourdingues pour les pervers ! Même si le costume est près du coup c’est pas une combinaison en latex, son maquillage est présent mais très léger et naturel, mais MERCI Marvel !!!

Quant au jeu d’acteurs, je n’ai absolument rien à dire, c’est d’une justesse parfaite ! Ni trop peu, ni trop pas assez de l’humour sans pour autant que se soit complètement loufoque.

Visuellement le film est vraiment très beau, avec des couleurs chaudes rappelant l’univers ou se passe le film, la côte ouest des Etats-Unis. Des couleurs rouge-orangé qui sont également présente dans le générique de fin. En parlant de générique celui-ci est vraiment sympa puisque Marvel nous le propose avec des incrustations de Stan Lee pour lui rendre hommage !

Le seul bémol est que parfois les images de synthèse concernant Captain Marvel sont repérables. Et surtout qu’à partir de la scène où elle combat l’intelligentsia artificielle, il y a beaucoup trop de bagarre, combat, de méchant qui combattent les gentils. On aurait dit que La franchise essayait de casé pleins de combat pour faire plaisir aux fans du genre, afin qu’il y ai un quota de combat, c’était absolument too-much et si j’étais tatillonne j’aurais donné 4 étoiles au lieu de 5 au film …

ATTENTION SPOILERS

Et que dire de l’hommage de la franchise en intégrant le caméo de Stan Lee au film !! Vous ne l’aurez peut-être pas remarqué mais Lors de la scène ou Captain Marvel  poursuit un Skrull dans la rame de métro et cherche l’apparence que le shrull a prise. Un vieil homme lit à haute voix, elle baisse le livre qu’il tient, pour mieux révéler le visage de Stan Lee !!

J’ai beaucoup aimé ce petit clin d’œil ^^

Et enfin après toutes les éloges de cet chronique si vous n’êtes pas encore convaincus voici la bande annonce du film :